Présentation du Plan de relance « export » par Business France

En tant que Député membre du Comité exécutif de Business France, j’ai invité mercredi 20 janvier, Christophe Lecourtier, le directeur général de Business France, à venir présenter devant les députés les premiers résultats du Plan de Relance Export (PRE).

Lancé le 1er octobre dernier pour faire face à la crise sanitaire et économique, le Plan de Relance Export mobilise près de 250 millions d’euros qui bénéficieront directement aux exportateurs – notamment à nos PME, qui représentent 95% de nos entreprises exportatrices – et permettront d’amplifier notre stratégie pour le commerce extérieur.

Les exportations françaises de biens sont en baisse de 21,5% par rapport au 1er semestre 2019, soit un repli supérieur à celui enregistré au plus fort de la crise financière en 2009 (-20,8 %). Nos importations diminuent dans une moindre mesure (-17,6%). Il en résulte une dégradation de notre déficit commercial des biens à -34 Md€ contre -29 Md€ au premier semestre 2019.

Ce plan comporte 5 axes principaux :

Axe 1 : Mieux informer sur les marchés étrangers

  • Mesure n°1 : Ouvrir un « compte numérique personnalisé de l’exportateur »
  • Mesure n°2 : S’informer avec le « Relance export tour » : Le Gouvernement soutiendra l’organisation par la Team France Export d’évènements et d’actions de promotion de l’export dans les territoires et dans les filières, au plus proche des entreprises, afin de les sensibiliser aux enjeux de leur développement international.

Axe 2 : Faciliter les activités de prospection export

  • Mesure n°3 : Se préparer et se projeter avec le « Chèque Relance Export » (individuel/collectif) Le « Chèque Relance Export » prend en charge 50 %, dans la limite d’un plafond, des dépenses éligibles (hors taxes, avec un plancher de valeur de 500 euros) d’une prestation d’accompagnement à l’international, y compris digitalisée, pour les PME et ETI françaises.
  • Mesure n°4 : Se faire accompagner avec les moyens renforcés de l’assurance prospection Le Gouvernement accompagne ainsi pro-activement les PME-ETI pour les aider à maintenir une ambition à l’export malgré la crise, mais également pour financer davantage de projets accompagnant la transition écologique à l’international. Ainsi, le nombre d’assurances-prospection (AP) octroyées sera revu à la hausse : l’objectif sera de distribuer plus de 1600 AP par an.
  • Mesure n° 5 : Se faire accompagner grâce à l’assurance prospection « accompagnement », une assurance prospection adaptée et rénovée.
  • Mesure n°6 : Participer et être accompagné sur les salons. Une nouvelle gamme de services numériques sera mise en place. Elle inclut la création de salons virtuels, la possibilité de recourir aux influenceurs des réseaux sociaux en tant que relais marketing, et une nouvelle communication digitale BtoB.
  • Mesure n°7 : Exposer sur les nouvelles vitrines digitales de l’offre française. La création de vitrines de présentation de l’offre française dans trois secteurs d’excellence (vins et spiritueux, cosmétiques, agroalimentaire) s’inscrit dans la logique de numérisation du parcours client, afin de mettre les PME/ETI en e-relation d’affaires avec des centaines d’acheteurs et réseaux de distribution étrangers. Les bureaux de la TFE dans près de 60 pays seront aussi activement impliqués dans la promotion locale de ces plateformes. Des « vitrines France » seront également développées sur une dizaine de sites de e-commerce BtoB mondiaux de référence.

Axe 3 : Soutenir la jeunesse avec le dispositif V.I.E

  • Mesure n°8 : Recruter un V.I.E grâce au « Chèque relance V.I.E ». Le chèque V.I.E, d’un montant de 5 000 €, est destiné aux PME-ETI de droit français, dans la limite de deux par
    entreprise. Cette mesure s’ajoute à l’action des régions en soutien au V.I.E.
  • Mesure n°9 : Soutenir et bénéficier de la diversification des profils V.I.E.

Axe 4 : Renforcer les outils de financement export

  • Mesure n°10 : Financer des projets grâce à l’appui contra-cyclique des financements export. Les instruments financiers publics de soutien à l’exportation, qui représentent actuellement un encours d’environ 70 Mds€, seront pleinement mobilisés dans la relance des entreprises françaises exportatrices. Les moyens de Bpifrance Assurance Export ont été renforcés à ce titre et les autorisations maximales d’engagements des garanties publiques permettent une montée en puissance à même de répondre aux besoins de financement des exportations dans un contexte de crise.
  • Mesure n°11 : Se positionner sur des projets d’infrastructures grâce au doublement de l’enveloppe dédiée aux FASEP.
  • Mesure n°12 : Financer des projets avec les Prêts du Trésor

Axe 5 : Promouvoir la marque France

  • Mesure n°13 : Déployer la stratégie de marque France. L’enjeu est de mobiliser la nouvelle architecture de la marque France (France™, marques filles Choose France, Taste France,marques sectorielles) au service de nos exportateurs, en facilitant des approches collectives des marchés, et de la promotion des atouts économiques des territoires.

 

Le premier bilan de ce plan est, selon Christophe Lecourtier, plutôt positif pour nos entreprises. L’internationalisation de nos entreprises est une chance à saisir pour traverser la crise économique actuelle.