Le mercredi 27 mai l’Assemblée nationale a validé la mise en place de l’application StopCovid, après la déclaration du Gouvernement « relative aux innovations numériques dans la lutte contre l’épidémie de covid-19 ». Le jour même, le Sénat s’est également prononcé en faveur de cette déclaration.

Retrouvez l’ensemble des débats suivis du vote à l’Assemblée nationale en cliquant ici.

L’application StopCovid s’inscrit dans le plan global de déconfinement du Gouvernement dans le contexte de l’épidémie de Covid-19. Son principe est de permettre aux personnes testées positives d’alerter toutes les personnes utilisatrices de l’application avec qui elles ont été à proximité, afin que celles-ci puissent être prises en charge le plus tôt possible. Elle a pour but d’apporter une aide complémentaire au travail des médecins et de l’Assurance maladie pour identifier les « personnes contacts » et les prendre en charge. 

Cette application a suscité de nombreux débats, notamment quant au respect des données personnelles. L’application fonctionnera grâce à la technologie du bluetooth, et non pas grâce à la géolocalisation, souvent critiquée pour son non-respect de ces données. L’application s’installe sur la base du volontariat, et ne suit en aucun cas les déplacements de ces utilisateurs. De plus, le Gouvernement a annoncé que les données récoltées n’avaient pas vocation à être stockées, et disparaitront donc au bout de 14 jours. La Commission informatique et liberté (Cnil) avait par ailleurs rendu un avis positif sur l’application quelques jours auparavant.

Lors de la conférence de presse pour présenter la seconde phase du déconfinement qui a eu lieu le jeudi 28 mai, le Premier ministre Edouard Philippe a également annoncé que l‘application serait lancée officiellement le 2 juin. L’application sera disponible sur les plateformes d’Apple Store et de Google Play Store dès le samedi 30 mai.