Lancement de la Mission d’information sur « La politique de la France et de l’Europe à l’égard de la Chine »

Le mercredi 3 mars, j’ai été nommé co-rapporteur de la Mission d’information sur « La politique de la France et de l’Europe à l’égard de la Chine », aux côtés de ma collègue Bérangère Poletti, Députée Les Républicains des Ardennes. 

Conduite dans le cadre de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, cette mission cherchera à décrypter les nouvelles dynamiques à l’oeuvre dans les relations diplomatiques franco-chinoises et sino-européennes. Son principal objectif sera d’émettre des recommandations concrètes et pragmatiques, permettant la construction d’une diplomatie stratégique et de long terme vis-à-vis de la Chine.

Une vision stratégique d’autant plus cruciale que l’instabilité et l’incertitude sont depuis un an les principales caractéristiques des relations internationales, tant au regard de l’impact de la pandémie sur les échanges mondiaux que des conséquences qu’aura, d’un point de vue géopolitique, l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis.

Outre ce contexte inédit, je souhaite également analyser les conséquences des nouvelles dynamiques géopolitiques à l’oeuvre depuis maintenant plusieurs années, qu’illustrent notamment les initiatives chinoises de Nouvelles routes de la soie ou de format 17+1 en Europe centrale et de l’Est, ou encore le développement d’un axe indo-pacifique, à laquelle la France compte prendre part.

Il est nécessaire que la France et l’Europe se dotent rapidement d’une stratégie et d’instruments leur permettant de s’adapter à cette nouvelle donne et de défendre leurs principes, leurs intérêts, leurs valeurs. Une stratégie dont les contours s’esquissent peu à peu, avec notamment l’affirmation par l’Union européenne de son autonomie stratégique et sa quête d’une plus grande réciprocité dans ses échanges avec la Chine, comme en témoigne la ratification de l’accord de principe sur l’accord global d’investissements le 30 décembre dernier.

Au regard de ces éléments, la mission d’information s’intéressera de près aux répercussions de ces événements sur les relations économiques qui lient la France et l’Europe à la Chine. Mais son objet d’étude concernera également d’autres sujets stratégiques tels que la diplomatie climatique, la propriété intellectuelle, les droits de l’Homme, le modèle énergétique, les échanges culturels ou encore l’indépendance technologique et industrielle de l’Union européenne.

Dès le mois de mars, nous avons donc démarré nos travaux en auditionnant principalement des chercheurs et des historiens, afin de donner un cadre précis à nos réflexions. Voici la liste des personnes auditionnées au mois de mars :

  • Mme Alice Ekman, sinologue, analyste responsable de l’Asie à l’Institut des études de sécurité de l’Union européenne (EUISS).
  • M. Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique.
  • Mme Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC) et M. Jean François Dufour, directeur de DCA Chine analyse, cabinet d’analyse de l’environnement économique chinois spécialisé sur l’industrie.
  • M. Jean-Pierre Cabestan, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), chercheur associé à l’institut de recherche Asia Centre (Paris) et au Centre d’étude français sur la Chine contemporaine (Hong Kong).
  • M. François Godement, historien, conseiller Asie à l’Institut Montaigne.