Visite du Crous de la Halle aux Farines dans le 13ème arrondissement

Je me suis rendu ce jeudi 18 février à la Halle aux Farines dans le 13ème arrondissement, qui appartient à l’Université de Paris. Construit en 1950, cet ancien bâtiment industriel servait à l’origine à stocker la farine produite par les Grands Moulins de Paris. Il abrite aujourd’hui 80 salles de cours et 13 amphithéâtres.

Cette visite avait pour but principal de rencontrer les représentants du Crous de Paris, et de me rendre dans le restaurant universitaire afin de pouvoir observer la mise en place des repas à 1 euro pour tous les étudiants.

 

Le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires de Paris (Crous) est l’opérateur de l’état pour la vie étudiante. Établissement public placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, son activité représente :

  • environ 5,5 millions de repas par an,
  • près de 7 730 étudiants logés
  • et plus de 61 930 bourses accordées.

En période hors Covid-19, le Crous de Paris détient 18 restaurants, 36 cafétérias et 4 food- trucks répartis sur l’ensemble de la ville. Le repas complet proposé aux étudiants coûte 3,30 euros et propose une offre variée et de qualité.

Selon un rapport de l’Observatoire de la vie étudiante, plus d’un tiers des étudiants qui avaient une activité rémunérée ont dû l’arrêter pendant le premier confinement. Ce qui représente une perte de près de 300 euros mensuels. Un étudiant sur trois a déclaré avoir rencontré des difficultés financières.

Face à l’augmentation de la précarité étudiante, le gouvernement a pris des mesures fortes : tous les étudiants, boursiers ou non, ont désormais accès deux fois par jour à un repas pour un euro dans les restos universitaires. A ce jour, plus de 1,3 millions de repas à 1 € ont été distribués aux étudiants. De plus, afin de répondre au sentiment de solitude qui augmente de jour en jour chez les étudiants, ces derniers peuvent de nouveau se restaurer au sein des restaurants universitaires, dans le respect des normes sanitaires, et ce depuis le 8 février. Par ailleurs, la majorité des points de vente reste désormais ouverts toute l’après-midi et ce jusqu’à l’heure du couvre-feu.

J’ai donc été reçu par Thierry Bégué, Directeur général du Crous de Paris et Laurence Maget-Siegel, la Directrice générale adjointe. Nous nous sommes d’abord rendus au restaurant universitaire, où ils m’ont présenté le parcours suivi par les étudiants qui viennent récupérer leurs repas, ainsi que le protocole sanitaire observé par les personnels et les étudiants. Dans un second temps, nous avons été visiter la cafétéria Inalco, où j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec des étudiants sur la façon dont ils vivaient cette période compliquée et sur leur retour quant aux repas proposés. 

 

En période de Covid-19, retrouvez les points de restauration du Crous dans le 13ème arrondissement :

  • Cafétéria Grands Moulins dans le local « Libre-service » : ouverte de 7h45 à 20h à tout étudiant et personnel de l’enseignement supérieur. (65 rue des Grands Moulins 75013)
  • Cafétéria INALCO : ouverte de 9h à 18h, mais réservée aux étudiants et personnels de l’INALCO. (14 esplanade Pierre Vidal Naquet 75013)
  • Cafétéria Pitié : ouverte de 8h à 15h à tout étudiant et personnel de l’enseignement supérieur. (105 boulevard de l’Hôpital 75013)
  • Cafétéria Pierre Mendès France : ouverte de 8h à 16h, mais réservé aux étudiants et personnels de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne. (90 rue de Tolbiac 75013)
  • Cafétéria Olympe de Gouges : ouverte de 10h à 16h àtout étudiant et personnel de l’enseignement supérieur. (8 place Paul Ricoeur 75013)
  • Restaurant universitaire de la Halle aux Farines : ouvert de 11h30 à 14h30 à tout étudiant et personnel de l’enseignement supérieur. (3 esplanade Pierre Vidal-Naquet 75013)

 

Pour plus d’informations sur les aides d’accompagnement et financières proposées aux étudiants, voici plusieurs liens :
Le site du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Le site 1 jeune 1 solution
Le site du Crous de Paris

Visite de l’ehpad PEAN

Ce lundi 1er février, je me suis rendu auprès des équipes de l’ehpad PEAN, situé au 9 rue de la Santé dans le 13ème arrondissement. Cet ehpad fait partie du groupe associatif l’ACPPA, qui compte plus de 60 établissements sur le territoire national (avec une forte concentration en région Auvergne Rhône-Alpes).

L’établissement comprend une crèche « Bout’ chou », pour favoriser les échanges entre les générations, ainsi qu’un accueil de jour thérapeutique « Villa Rubens » qui s’occupe des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées. Doté de 94 places, PEAN a fait partie de la phase 0 de vaccination, et a été un des premiers établissements pilotes à pouvoir bénéficier de la vaccination contre la Covid-19 avec le vaccin Cominarty de Pfizer et BioNtech. Aujourd’hui, cette phase est terminée, et 87% des résidents ont été vaccinés.

En effet, comme l’a préconisé la Haute Autorité de Santé (HAS) dans sa stratégie de vaccination, le Gouvernement a décidé de vacciner en priorité « les plus vulnérables et ceux qui s’en occupent »Depuis le 27 décembre, la campagne de vaccination a débuté et concerne donc :

  • les résidents d’établissements accueillant des personnes âgées et résidents en services de longs séjours (EHPAD, USLD, foyers-logements, résidences autonomie) ;
  • les personnes en situation de handicap vulnérables qui sont hébergées en maisons d’accueil spécialisées et en foyers d’accueil médicalisés ;
  • l’ensemble des professionnels de santé de ville et d’hôpital âgés de 50 ans et plus ou avec des comorbidités ;
  • les pompiers et les aides à domiciles, âgés de 50 ans et plus ou atteints de comorbidités.

 

J’ai rencontré Madame Romy Lasserre, la directrice de l’établissement, afin de discuter avec elle de la façon dont s’était déroulée cette première phase de vaccination, à la fois pour les résidents ainsi que pour le personnel soignant. En présence de plusieurs résidentes de l’ehpad, nous avons également pu évoquer différentes problématiques autour de l’accompagnement des aînés et des changements qu’ont entraîné l’épidémie de Covid-19 sur leur quotidien au sein de l’établissement. 

 

Aujourd’hui, les visites des familles au sein des ehpad sont autorisées selon une organisation définie collectivement par l’établissement, en lien avec les représentants des résidents et des familles : déroulement, durée, période, nombre de visiteurs, etc. En cas de survenue de cas de Covid-19, elles peuvent être suspendues temporairement dans tout ou partie de l’établissement.

 

Je tiens à remercier le personnel de l’établissement PEAN pour son accueil chaleureux et sa disponibilité. De manière générale, il est important de saluer le travail et l’engagement quotidien de tous les personnels médicaux mobilisés dans les ehpad et les unités de soin longue durée : c’est grâce à eux que nos aînés sont protégés face à l’épidémie. 

Visite du centre de vaccination de la Mairie du 13ème arrondissement

Depuis le 18 janvier, la campagne de vaccination s’est accélérée, et s’est ouverte à tous les Français de plus de 75 ans et aux personnes présentant des pathologies graves après avis de leur médecin traitant. A Paris, 19 centres de vaccination ont été mis en place, vous pouvez retrouver la liste de ces sites ici.

Les Parisiens, après avoir préalablement pris un rendez-vous (sur Doctolib ou sur le site www.sante.fr), peuvent donc désormais se faire vacciner ; et le 13ème arrondissement de Paris compte 2 centres :

  • Le centre de vaccination Bertheau – 15 rue Charles Bertheau ;
  • La Mairie du 13e – 1 place d’Italie.

 

Je me suis donc rendu dans le centre de vaccination de la Mairie du 13ème arrondissement afin de faire un point avec le Maire, Jérôme Coumet, ainsi que les équipes mobilisées, sur la situation de la vaccination du centre. Ils m’ont expliqué le déroulé d’une séance de vaccination et son protocole :

  • Le jour du rendez-vous, les personnes doivent se munir d’une pièce d’identité et de leur carte de sécurité sociale. Le vaccin est pris en charge intégralement par l’Assurance maladie.
  • La personne est reçue par un infirmier et remplit un questionnaire de santé. Celui-ci porte sur des informations médicales (âge, facteurs de risques éventuels, antécédents d’allergie). Ce questionnaire de santé fait l’objet d’une relecture par le médecin qui vérifie l’aptitude à la vaccination et appose sa signature sur le document faisant ainsi office de prescription.
  • Le médecin effectue ensuite une consultation médicale avec le candidat à la vaccination uniquement en cas de doute lié au remplissage du questionnaire.
  • La vaccination s’effectue dans un box, assurant ainsi une certaine confidentialité. L’injection du vaccin est assurée par un infirmier diplômé d’Etat. Le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech nécessite 2 injections, à quatre semaines d’intervalle conformément aux indications données par les autorités sanitaires .
  • Il est proposé, après la vaccination, un temps de repos de 15 minutes dans un espace dédié.

 

Je tiens encore une fois à remercier l’ensemble des personnels médicaux et administratifs mobilisés pour permettre la vaccination dans notre arrondissement. Grâce à eux, la lutte contre l’épidémie se renforce chaque jour, et c’est grâce à leur engagement que nous parviendrons à vaincre ce virus. 

Compte-rendu – Réunion publique sur la Convention citoyenne pour le climat

RÉUNION PUBLIQUE DU MERCREDI 9 DÉCEMBRE

Chers amis,

J’ai le plaisir de vous inviter à une réunion publique le mercredi 9 décembre, à partir de 19 heures, en visioconférence sur la plateforme Zoom.

Au programme :

  • Temps d’échanges sur l’actualité politique parisienne et nationale.
  • Atelier participatif sur le projet de loi relatif à la Convention citoyenne sur le climat.

Cette réunion sera l’occasion de débattre autour de ce projet de loi dont l’élaboration est en cours et qui sera examiné par le Parlement à la fin du premier trimestre 2021. Avec pour objectif que vos remarques et idées puissent alimenter les travaux que je mènerai sur le sujet à l’Assemblée nationale.

Pour contribuer à animer nos débats, j’aurai le plaisir d’accueillir deux intervenants spécialisés sur les questions de transition écologique et climatique : 

  • Jean-Marc Zulesi, Député des Bouches-du-Rhône et Coordinateur LREM de la commission du Développement durable et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale. 
  • Jean-Charles Colas-Roy, Député de l’Isère et Référent thématique national sur la transition écologique au sein du Mouvement LREM. 

Si vous souhaitez participer à cette réunion, je vous remercie de bien vouloir remplir ce formulaire.

Les codes de connexion à la visioconférence vous seront transmis par mail en amont de la réunion. 

Je me réjouis de vous retrouver à ce moment d’échanges, où j’espère vous voir nombreux ! 

Buon Tan

Visite à l’école Jenner dans le cadre du Parlement des enfants

Le 31 janvier dernier, je me suis rendu à l’école élémentaire Jenner, située dans le 13ème arrondissement, afin d’intervenir devant une classe de CM2. J’ai eu l’occasion de leur présenter la fonction de Député, et le rôle et les missions qui nous incombent. J’ai pu constater le réel intérêt de ces jeunes vis-à-vis de l’élaboration de la loi à travers leurs questions parfois déroutantes de sincérité mais toujours très pertinentes.

Cette intervention avait lieu dans le cadre du Parlement des enfants, qui est une opération organisée chaque année par l’Assemblée nationale, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et la Mission laïque française (MLF).

 

Le Parlement des enfants : qu’est-ce que c’est ?

C’est une opération destinée aux classes de CM2, du public comme du privé sous contrat, qui leur permet de rédiger une proposition de loi, selon un thème qui leur est imposé chaque année. Toutes les classes intéressées en France peuvent se présenter, et une seule par circonscription est sélectionnée. Dans le cadre de ma circonscription, c’est-à-dire la 9ème circonscription de Paris, c’est la classe de CM2 de l’école Jenner qui a été retenue.

Une fois sélectionnée, chaque classe est invitée à réfléchir pendant plusieurs semaines sur le thème choisi, afin d’apprendre ce qu’est le débat démocratique, et en vue de rédiger une proposition de loi. Cette année, le thème choisi est « L’égalité entre les femmes et les hommes ».

Une fois que la proposition de loi est envoyée, il y a plusieurs étapes à franchir avant d’arriver à la grande finale qui départage quatre classes sélectionnées par un jury, et qui a lieu chaque année à l’Assemblée nationale. La classe lauréate peut voir sa proposition de loi déposée par le Député de sa circonscription au Bureau de l’Assemblée nationale. A ce jour, 4 propositions de loi lauréates sont devenues des lois de la République !

Quelques éléments de calendrier concernant l’édition 2020

  • Le dernier délai d’envoi de la proposition de loi était le 7 février.
  • Les jurys se réunissent entre le 9 et le 20 mars, afin de sélectionner une proposition de loi par académie. La délibération a lieu le 24 mars dernier délai.
  • Le 27 avril, un jury national se réunit (composé de députés et de membres désignés par le ministère de l’Éducation nationale) pour sélectionner parmi toutes les propositions de loi les 4 qui seront finalistes.
  • Le 3 juin, lors de la finale à l’Assemblée nationale, (les votes pour désigner la proposition de loi gagnante ont lieu sur internet) la classe lauréate est désignée.

Cette intervention auprès des élèves de CM2 de l’école Jenner m’a donc également permis de les aiguiller sur la construction et l’élaboration d’une proposition de loi. Nous avons aussi pu discuter de la façon dont ils envisageaient l’égalité entre les femmes et les hommes, et l’angle sous lequel ils pensaient aborder l’écriture de leur proposition de loi.

S’ils venaient à remporter cette édition, je serai plus que ravi de présenter en mon nom leur proposition de loi devant l’Assemblée nationale ! Et je souhaite d’ici là bonne chance à tous les élèves participants. Rendez-vous le 3 juin à l’Assemblée nationale ! 

 

Pour plus d’informations, vous pouvez visiter le site du Parlement des enfants en suivant ce lien.